MOT DU DIRECTEUR

MONSIEUR OUSSEYNOU KASSE DIRECTEUR EXÉCUTIF de l'AUTORITE NATIONALE DE BIOSECURITE

MONSIEUR OUSSEYNOU KASSE DIRECTEUR EXÉCUTIF de l'AUTORITE NATIONALE DE BIOSECURITE

Les biotechnologies modernes (à partir desquelles sont développés les organismes génétiquement modifiés ) ont permis des progrès remarquables dans la médecine (production de vaccins et de molécules thérapeutiques), l’agriculture (augmentation de la productivité, lutte contre les insectes ravageurs et autres types de parasites, réduction de l’utilisation de pesticides, etc.), l’alimentation (contribution à la sécurité alimentaire) et d’autres domaines (restauration des terres dégradées et lutte contre les changements climatiques).

Malgré les nombreux avantages qu’offrent les biotechnologies modernes, l’un des défis majeurs est de donner des réponses appropriées aux inquiétudes nées des perceptions et des débats que suscitent leur utilisation. A cet égard, le Protocole de Cartagena, entré en vigueur en 2003, a pour objectif principal d’assurer un degré adéquat de sécurité dans l’utilisation des OGM, notamment dans la prévention des risques biotechnologiques, tout en mettant l’accent sur les mouvements transfrontières. 

Dans ce contexte, dès 2003 (année de ratification par notre pays du Protocole de Cartagena), le Sénégal s’est engagé dans une dynamique de mise en place d’un cadre national opérationnel de biosécurité. Ce processus a ainsi permis de doter en 2009, notre pays d’une loi sur la biosécurité. Au cours de la même année, le décret instituant l’Autorité Nationale de Biosécurité (ANB) a été signé.

De même, la signature en 2017 du décret dotant l’ANB d’une personnalité juridique avec un Conseil d’orientation (parallèlement à la mise en place des organes consultatifs que sont le Comité National de Biosécurité et le Comité Scientifique et Technique de Biosécurité) a marqué un tournant décisif vers une montée en puissance traduisant une maturation progressive du cadre national de biosécurité du Sénégal.

Dans sa mission de régulation, l’ANB s’appuie, à travers une approche concertée, sur une collaboration multiforme aux niveaux national et international, notamment avec le Secrétariat du Protocole de Cartagena et le Centre d’échange pour la Prévention des Risques Biotechnologiques (Biosafety Clearing House), l’Union africaine et d’autres partenaires techniques et financiers.

Le contexte national est actuellement marqué par un renforcement progressif du cadre juridique (révision de la loi sur la biosécurité pour mieux intégrer les enjeux actuels, l’élaboration des textes d’application pour aller vers une plus grande opérationnalité du dispositif réglementaire). Il en est de même pour l’élaboration, par l’ANB, de la Stratégie nationale de biosécurité (validée en juillet 2018) indiquant les orientations majeures, qui guideront les interventions des parties prenantes en matière de biosécurité.  

Dans cet élan, la communication et la gestion des connaissances occupant une place importante, la création du site web www.biosecurite.sn, offre une grande opportunité pour assurer une bonne participation du public au processus décisionnel sur les biotechnologies modernes, tout en favorisant la diffusion et le partage des idées. Vous trouverez, sur ce site, beaucoup de renseignements sur nos activités et sur les développements les plus récents relatifs aux biotechnologies modernes, afin de gagner ensemble le pari d’une valorisation et d’une utilisation sécurisée des potentialités que peuvent offrir les biotechnologies modernes dans la trajectoire d’émergence entrepris par son Excellence le Président de la République, Macky Sall.

Soyez les bienvenus !